En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’installation et l’utilisation de cookies pour vous permettre de partager du contenu via les boutons de partage de réseaux sociaux, pour vous proposer des publicités ciblées à vos centres d’intérêts et pour nous permettre de mesurer l’audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies. X
Culture  La saveur amère des oranges
09/06/201700:00 Éditions A&H
blogpost_la_saveur_amere_des_oranges_FR.png

Vous avez envie d’exotisme, d’aventure, d’évasion ? Oubliez les agences de voyage. Je vous conseille plutôt Monique Massot-Escaravage. Son oeuvre romanesque se répartit autour de grands thèmes et d’évènements qui ont émaillé le XIX ième siècle, en France et ailleurs. Elle nous transporte dans le Paris de 1848 où la France, ravagée par les révolutions essaie de survivre dans des conditions très difficiles. Elle s’est fait connaître dès son premier roman « Vent d’espoirs » suivi de « La saveur amère des oranges » et « Le grand bassin ». Ses romans restituent l’histoire de ses ancêtres alsaciens partis en 1848 vers l’autre rive de la méditerranée. La découverte fortuite d’un secret de famille enfoui dans les oubliettes du temps depuis cinq générations lui a donné la trame de cette histoire dans l’Histoire.

Justine, son aïeule, a entrepris le long et définitif voyage vers l’Algérie nouvellement colonisée, avec un homme qui a usurpé l’identité de son mari… Qui était-il ? D’où venait-il ? Mystère… N’ayant aucune explication plausible à cette falsification, c’est à ce stade de ses recherches que l’imagination de l’auteure se fit de plus en plus créative. On suit le parcours de ce couple illégitime rempli de secrets dramatiques. Tout y est : suspense, émotions, passion, changement de ton, de rythme. Les moments profonds succèdent aux instants légers avec délicatesse et finesse.

Au travers de cette histoire aussi singulière que palpitante, Monique Massot-Escaravage raconte, avec un vrai talent de conteuse, la vie de milliers de déracinés qui ne possédaient rien, si ce n’est leurs mains, un courage à toute épreuve et une foi en l’avenir propre à déplacer des montagnes.
Si vous êtes attentif aux sons, aux odeurs, aux sentiments et autres sensations, cette auteure vous initie avec adresse aux plaisirs de la lumière dans ses multiples nuances. Elle a une façon de colorer son récit, de le rendre unique, et un don d’accrocher ses lecteurs en les prenant par le coeur pour les conduire dans son imaginaire. Elle y réussit parfaitement en nous embarquant dans son univers avec un style imagé et une plume affutée. Ses descriptions sont si vraisemblables qu’elles en deviennent crédibles.

Il y a des romans si doux, si sensuels et savoureux qu’ils se lisent lentement, comme on sirote une gorgée d’un thé des plus raffinés.
Une histoire solidement construite qui sait vous agripper dès les premières pages pour vous emporter au pays des mille saveurs et qui vous enveloppe dans la douceur de vivre de l’Algérie du temps où elle était française.

Une saga enchanteresse, foisonnante d’informations, passionnante, empreinte d’optimisme, qui vous tient en haleine jusqu’à la fin. On referme le livre avec la respiration en suspens, un peu déçus que l’histoire s’arrête déjà alors que l’on aurait voulu qu’elle se poursuive encore et encore.
Envoutant.
Bluffant.

Résumé :

Dans cette fresque qui couvre les années 1860-1890, l’auteure nous entraine au coeur d’un fascinant secret familial hanté par un homme sans scrupules. Joseph réapparait, semant le malheur sur son passage. Avec « Vent d’Espoirs », Monique Massot-Escaravage a réussi le tour de force de nous donner un roman dans l’Histoire où Justine et Clément imprimaient leurs premiers pas dans un pays nouveau.

Nous retrouvons ce couple attachant dans « La saveur amère des oranges ». Clément va s’associer avec un viticulteur pour produire un vin de qualité. Adrien et Anna s’aiment. Cet amour, jugé incestueux par Clément, les obligera à partir vers La Nouvelle France. Clémence, la fille ainée, véritable « garçon manqué », tombera amoureuse d’un ouvrier espagnol venu travailler dans les vignobles. Par son atmosphère envoutante, la force de ses personnages, ce deuxième volet de la saga « Vent d’Espoirs » est rempli d’observations, jusqu’à ressentir que l’auteure filme la vie avec une caméra sur l’épaule. Il se lit aussi indépendamment du premier.

En savoir encore plus :

 
PREM_9791095857037-(1).jpgPREM_9791095857037.jpg

Si vous souhaitez commander cet ouvrage,
rendez-vous sur le site des éditions A&H : cliquez ici
Depuis sa création en 2014, A&H International occupe une place à part dans le paysage éditorial francophone. Ils éditent et partagent avec leurs lecteurs des ouvrages de différentes cultures. Leur équipe éditoriale travaille dans le respect de la traduction et propose chaque année un catalogue très varié d’ouvrages étrangers.

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être