En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’installation et l’utilisation de cookies qui permet le bon fonctionnement du site, de faciliter et d’améliorer votre navigation, de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, de partager du contenu sur les réseaux sociaux et de mesurer l’audience. En savoir plus .
J’ai compris
Culture  High density buildings, power and vert(ego)
05/06/201400:00 Nomes Design

1312324675-0006w5-3

À l’approche de l’amorce en grandes pompes du projet de construction de la plus haute tour du monde, La Kingdom Tower de Jeddah (Arabie Saoudite), Nomes design pose cette semaine la question de la course à la densité bâtie, et sa dimension amène pour l’avenir de nos villes. Représentativité, démonstration de pouvoir, folie des grandeurs, bataille d’egos, les skycrapers sont bien loin de définir une nouvelle échelle de réflexion pour accroître le développement urbain en conservant le sol, réduisant donc l’emprise du monde urbain sur la surface de la planète. Quelle sera le prix de cette guerre des égos qui donne le vertige ?

1312325182-0007ta

Les villes souffrent. Le monde urbain, dans son expansion concentrique effrénée, produit suburbs et urban sprawls à perte de vue, péri-villes et « quartiers satellites » dont le manque de connexion vers les centres métropolitains ruinent l’environnement et le moral; comme l’explique Jeff Speck dans son intervention pour Ted Talks.

Certains des plus grands urbanistes, anthropologues, architectes, économistes, sociologues, épidémiologistes voient dans les constructions de haute densité  un avenir louable, une réponse à moyen terme à apporter à l’hyper développement de nos noyaux urbains, cœur de la productivité mondiale, les « Places where people want to live » comme les qualifiait Kent Larson dans son intervention sur l’avenir des villes et pôles urbains.

1312325179-0004yd

Or l’apparition des nouveaux projets de course à la densité, de course à la hauteur, reflètent, contrairement à une réflexion amène sur le développement futur de nos mégalopoles, une véritable guerre des égos, pure démonstration de pouvoir. Un championnat de l’immesure, dont l’échelle de réflexion révèle un véritable manque de préocupation pour le poids anthropologique, morphologique, physique, environnemental, social, de ces mastodontes, ces monstres d’ingénierie et d’architecture que sont « les 10″. Les 10 plus hautes constructions humaines de notre ère: Burj Khalifa, Freedom Tower, Taipei 101, Shangai World Finance Tower, Petronas Tower, Sears Tower, Jin Mao Tower, les regrettées Twin Towers, Two International Finance Tower, et bientôt, la Kingdom Tower, avec son caractère historique puisqu’elle devrait dépasser avec honneur et prétention le kilomètre bâti. Ironie du sort pour les deux jumelles précédemment citées, le building devrait être développé par la firme Saudi Binladin Group, du nom du père du bien nommé.

254706,xcitefun-top-10-tallest-buildings-in-the-world1312324669-0006w5-1

La Kingdom Tower devrait être le premier pas, premier symbole de la toute puissance du prince  Al-Walid ben Talal ben Abdelaziz Al Saoud, qui finance entièrement le projet, et voie au bord de la Mer Rouge, l’émergence d’une nouvelle ville pharaonique, Kingdom-city, la ville royaume, reflet glorieux d’une course à la démonstrativité.

Le projet a d’abord été annoncé avec une hauteur de 1 600 m (un mille international, d’où son ancien nom Mile-High Tower) mais la géologie de la région ne se prêtant pas à une tour d’une telle hauteur cette dernière a donc été réduite a 1 001 m. Le plan, conçu par l’architecte Adrian Smith, incorpore de nombreux traits structurels et esthétiques uniques.

1312325199-00054r

La hauteur importante de la tour pose des problèmes de stabilité. La structure doit pouvoir résister à de grands écarts de température dus à l’altitude, ainsi qu’aux effets du vent. La tour doit être de forme triangulaire pour limiter les effets du vent, inclure 59 ascenseurs pouvant monter 10 mètres par seconde, soit 36 km/h, et un grand balcon. Le démarrage de la construction était annoncé en 2010. Cependant, à cause du sondage de la stabilité géologique, le projet a pris du retard et en raison de la difficulté des solutions techniques à mettre en place, la hauteur a dû être réduite à un kilomètre, soit 600 mètres de moins.

1312325187-0008wr

Le projet a reçu un accueil hautement polarisé. Certains l’accueillent comme une icône d’importance culturelle qui symbolisera la richesse et la puissance du pays, alors que d’autres remettent en question ses motifs socio-économiques et prévoient des impacts financiers négatifs.

1312325192-0009ot

La construction a débuté en avril 2013 et devrait s’achever au plus tôt en 2019, en comparant les délais de construction de la tour Burj Khalifa. Les architectes Gordon Gill et Adrian Smith doivent participer à la conception de la tour, et la société Saudi Binladen Group doit la construire. La tour comprendra 167 étages et une plate-forme avec un plancher en verre transparent, située au 157e étage. La construction de la tour au dessus du sol débute le 27 avril 2014 et doit durer 63 mois, après l’achèvement en décembre 2013 de l’étape qui consistait à enfoncer 270 pieux dans le sol à une profondeur de 110 mètres.

1312324672-0006w5-21312325175-0003cy

Nomes Design, l’avant-garde culturelle de votre quotidien. Chez Nomes Design, nous rendons à l’information sa vraie nature en traitant les sujets avec recul grâce à un rythme de publication et des supports adaptés aux thèmes abordés. Nomes Design est un média d’opinion engagé et ouvert qui donne la parole depuis 2010 à ceux qui entreprennent des projets nouveaux dans les arts, la culture, l’innovation et la politique. Basé à Paris et Séoul, notre projet est composé d’une rédaction d’une trentaine de membres atypiques et passionnés entièrement tournés vers la création de contenus originaux issus d’un travail d’investigation poussé.

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être