En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’installation et l’utilisation de cookies qui permet le bon fonctionnement du site, de faciliter et d’améliorer votre navigation, de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, de partager du contenu sur les réseaux sociaux et de mesurer l’audience. En savoir plus .
J’ai compris
Culture  L’Introspection de Sarah Ann Loreth
« In my images I like to leave a feeling of loneliness. It’s my favorite topic to examine. I use photography as a ways to explain my life to myself. », Sarah Ann Loreth.

Il y a deux semaines, je vous parlais de l’imaginaire de Joel Robison. Dans le même style, j’ai récemment découvert la photographe Sarah Ann Loreth dont l’univers s’en rapproche avec un esprit tout aussi imaginaire. C’est en me baladant de page Facebook en page Facebook que je suis tombée sur ses photographies. Car oui, cette plateforme sociale est une fabuleuse vitrine pour ces jeunes et talentueux photographes et surtout une mine d’or pour les passionnés toujours désireux de découvrir de nouveaux artistes.

Sarah Ann Loreth est une photographe américaine d’une vingtaine d’années venant tout droit du New Hampshire qui est spécialisée dans l’autoportrait, la mode et comme Joel Robison, le portrait conceptuel. Depuis toujours passionnée par l’art sous toutes ses formes, c’est finalement la photographie qui a pris le dessus, pour le plus grand plaisir de mes yeux et des vôtres, je l’espère.
 
Sarah Ann Loreth ne prend pas de simples photographies, elle les crée à partir de scènes qu’elle tire du plus profond d’elle-même. Pour elle, le travail conceptuel est une façon de laisser ses émotions courir librement et de faire face au stress de la vie quotidienne. De son utilisation de la couleur, elle parvient à créer cette réalité propre à son imagination tout en gardant une note incroyablement humaine comme si elle voulait nous laisser la possibilité de se transposer dans ses clichés.

image2-(1).jpg
 
J’ai toujours trouvé qu’il y avait davantage de pouvoir, de force et d’émotion dans les photographies sombres et c’est ce qui m’a de suite plu dans les clichés de Sarah Ann Loreth. La profondeur de ses photographies est remarquable. Elle explore le fossé entre les ténèbres et la lumière sans jamais donner une once de mauvais goût à son travail. Elle n’a pas peur d’explorer des thèmes que d’autres peuvent trouver inconfortable. Par la mort, la destruction, la solitude, le suicide, ou l’abandon, Sarah étudie le côté sombre de l’âme humaine. Avec des photographies pleines d’histoires et de symbolisme, elle crée un univers où la vie et la mort se côtoient dans une douce harmonie imaginaire sans aucune crainte ni angoisse.
 
Son travail évoque un sentiment d’unité de l’expérience humaine et un mystère qui  amène à se demander « mais que se passera-t-il ensuite ? ». Après tout, la peur de l’inconnu, les angoisses de la vie et autres mal-êtres sont des peurs universelles. À première vue imaginaire, l’univers de Sarah Ann Loreth ne l’est pas tant que ça. Qui n’a jamais été traversé par de sombres pensées ? Qui ne s’est jamais retrouvé seul face à lui-même ? Qui n’a jamais eu peur de la vie ? Qui ne s ‘est jamais questionné ou a été abandonné ? Sarah Ann Loreth nous livre ici une sorte d’introspection photographique qui relate toutes ces interrogations de la vie humaine. Une introspection que l’artiste a su imager avec justesse.
 
Je vous ai sélectionné une quinzaine de clichés, impossible de faire moins, à découvrir ci-dessous. Vous pouvez retrouver l’oeuvre de Sarah Ann Loreth sur son site, sur son Flickr ou sur sa page Facebook.

 
Nomes Design, l’avant-garde culturelle de votre quotidien. Chez Nomes Design, nous rendons à l’information sa vraie nature en traitant les sujets avec recul grâce à un rythme de publication et des supports adaptés aux thèmes abordés. Nomes Design est un média d’opinion engagé et ouvert qui donne la parole depuis 2010 à ceux qui entreprennent des projets nouveaux dans les arts, la culture, l’innovation et la politique. Basé à Paris et Séoul, notre projet est composé d’une rédaction d’une trentaine de membres atypiques et passionnés entièrement tournés vers la création de contenus originaux issus d’un travail d’investigation poussé.

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être