En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’installation et l’utilisation de cookies qui permet le bon fonctionnement du site, de faciliter et d’améliorer votre navigation, de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, de partager du contenu sur les réseaux sociaux et de mesurer l’audience. En savoir plus .
J’ai compris
Événements  Café-Théâtre "Ils s'Aiment"
02/04/201400:00 HK Theatre Association
HKTA-1-bis.jpg
 
Nous avons eu l’occasion de rencontrer la troupe d’acteurs qui jouaient récemment la pièce écrite par Pierre Palmade et Muriel Robin : « Ils s’aiment »  au café-théâtre Peel Fresco à Hong Kong.
 
Émilie Guillot est arrivée à Hong Kong à l’âge de 22 ans, diplôme en poche pour suivre les traces de Bruce Lee : elle a longtemps pratiqué les arts martiaux. Cependant, c’est au café-théâtre qu’elle commencera à jouer, tout d’abord en anglais. En 2007, elle fonde l’association HKTA afin de partager sa passion pour le théâtre, et aujourd’hui, sa troupe est connue comme les « stars françaises d’Hong Kong »…

HKTA-8.jpg

Aurélie (TV5monde) : En quelques mots, comment décririez-vous la pièce « Ils s’Aiment » ?
 
Émilie Guillot (Fondatrice de l’association HKTA – Directrice – Metteur en scène – Actrice): Proche de la réalité ! Hilarante ! Méchante aussi parce que les couples qui s’aiment aiment se dire des méchancetés pour faire du mal à l’autre…
 
Lenny-Baptiste Conil (Acteur - 6ème année de théâtre) : Je pense qu’il y a des situations que nous avons tous déjà vécues dans notre vie privée ! C’est encore plus plaisant de les jouer maintenant  avec nos personnages. 

HKTA-7.jpg
  
Aurélie: Pourquoi avez-vous choisi de jouer la pièce « Ils s’Aiment » après avoir joué il y a quelques mois « Le Prénom » ?  
 
Émilie : Le propriétaire du café-théâtre est un ami. Quand je vais là-bas, c’est pour apprécier la musique ! Cet ami est venu nous voir en représentation. On a échangé sur certains projets : il adore ce que nous faisons ! Il nous a proposé de faire du café-théâtre avec lui, ce qui était une belle opportunité pour chacun de nous. J’ai tout de suite fait quelques recherches sur les pièces à succès, et c’est « Ils s’Aiment » qui est venu ! Tout est allé très vite !
 
Aurélie: Vous demandez aux acteurs de vous accompagner sur scène pour jouer avec vous?
 
Émilie : Je ne choisi pas vraiment les acteurs. Je propose souvent aux plus anciens élèves, (plus expérimentés), de jouer avec moi. Nous discutons de la pièce. Après la 1ère  lecture de préparation, nous répétons au studio, chez moi, chez eux. Peu importe l’endroit, nous devons être à l’aise ! Quand vient la 2nde  lecture, je sais à peu près qui peut jouer quoi, et dans quelle pièce ! Généralement, je fais des petits castings, des jeux d’improvisation, des lectures et nous parlons directement du programme afin de distribuer les rôles de chacun.

HKTA-1.jpg
 
Aurélie: Y a-t-il une place pendant les représentations, pour l’improvisation des acteurs ?
 
Émilie : Habituellement nous n’improvisons pas. Nous devons suivre le texte du sketch. Il y a l’équipe technique qui travaille avec nous. Pour le café-théâtre, nous avons moins de besoins techniques, moins d’accessoires. C’est une interaction différente avec le public. J’encourage les acteurs à interagir avec le public et à improviser ! Nous ne savons jamais comment l’audience réagira ni comment l’interaction se déroulera.  C’est là que les talents d’acteurs ressortent.
Pour un acteur, la performance évolue avec le temps. Il n’y a pas de règle écrite pour progresser. La persévérance paye. Les anciens élèves sont déjà entraînés pour être sur scène, pour être confrontés au public, prêts à improviser dans n’importe quelle situation.
 
Lenny-Baptiste : Il y a de l’improvisation dans la manière où nous construisons notre personnage. Au début des répétitions, Émilie nous laisse improviser. Nous faisons toutes sortes de choses bizarres pour faire vivre notre personnage! Nous utilisons diverses directions pour tester différentes façons de voir notre caractère. Après ces séances, nous retournons sur les traces qui font l'essence de notre personnage.
 
Dans le sketch où nous sommes tous les deux au téléphone, nous sommes mutuellement en train de nous tromper. Dans cette scène précisément, je choisirai une fille du public, qui sera ma maîtresse! Je prendrai sa main et je jouerai avec elle. Je n’ai aucune idée de la manière dont elle réagira ! En espérant que je ne reçoive pas une claque en pleine figure... Je choisirai quelqu’un susceptible de bien réagir ! Ça fait partie de l’improvisation. Certaines filles me parleront peut-être et dans ce cas je devrais leur demander de se taire! (Rire)
 
Émilie : C‘est ce qu’on étudie pendant les répétitions : l’énergie reçue du public. Il doit y avoir une réelle complicité entre les acteurs et celle-ci doit être ressentie par le public. Un acteur ne se contente pas de réciter son texte! Il doit y avoir une alchimie, et c’est sur ça que les acteurs doivent travailler. C’est ce que le café-théâtre nous offre, une proximité avec notre audience ! Quand nous sommes sur scène dans une salle remplie de 300 personnes, nous sommes trop loin du public pour percevoir ce qu’il pense (s’ils dorment ou s’ils s’ennuient..) mais nous ressentons leur énergie. Le café-théâtre est un nouveau challenge pour nous!

HKTA-2.jpg
 
Aurélie : Quelle est votre meilleure expérience en tant qu’acteur ?
 
Bertrand : Avoir joué dans Le Dieu du Carnage, l’année dernière, est une de mes plus belles expériences. J’ai ressenti l’envie de faire partie du public pour regarder la pièce, lorsque j’étais sur scène! C’était une superbe pièce, très bien dirigée, très bien faite. Je pense en effet que c’était extraordinaire pour les spectateurs, et nous avons eu énormément de plaisir à jouer.
 
Lenny-Baptiste : Lorsqu’Émilie m’a donné mon premier rôle dans la pièce La Nuit de Valognes, je jouais Don Juan. Il y avait une quantité impressionnante de texte à apprendre. Je devais parler pendant plus d’une heure sur scène ! J’avais tellement peur de ne pas être prêt pour mon rôle, que je connaissais déjà toutes mes lignes un mois et demi avant la représentation. C’était une très belle expérience, ça m’a beaucoup formé !

HKTA-3.jpg
 
Éloïse : J’ai joué deux pièces avec l’association HKTA et la seconde, Musée Haut Musée Bas, était très comique. J’ai adoré la pièce ! Le texte était drôle, les personnages aussi. J’ai particulièrement apprécié le personnage que j’interprétais. Je tenais le rôle d’une femme un peu folle, et c’était très amusant de jouer ce personnage.
 
Lenny-Baptiste : Il y a quelque chose de spécial avec les pièces que nous jouons à la fin de chaque année (mai/ juin) car tous les membres de l’association tiennent un rôle!
Je me souviens de la pièce God of Carnage qui était fantastique à jouer ! Nous travaillions vraiment dur pendant les répétitions, et la pièce que nous jouons à la fin de l’année avec toute la troupe est généralement la plus drôle. Il y a beaucoup de rire, énormément de complicité. Nous sommes une vingtaine de personnes à nous voir 3 à 4 fois par semaine pour les répétitions, et la plupart du temps, on s'éclate ! Les costumes étaient géniaux aussi !
 
Émilie : J’ai eu beaucoup de bonnes expériences, et la meilleure serait de dire que je suis très heureuse d’être aujourd’hui à la tête de cette association, de pouvoir jouer à Hong Kong. Très heureuse d’avoir rencontré des gens comme eux, d’être capable de faire ce que nous faisons tous ensemble aujourd’hui, de bien le faire et d’avoir le succès que nous avons maintenant.
 
Lenny-Baptiste : Il y a beaucoup de personnes qui nous demandent par e-mail ou sur Facebook s’ils peuvent avoir des tickets pour la pièce mais que voulez-vous qu’on leur réponde ? Tous les billets ont été vendus deux semaines avant la représentation. Tant mieux pour nous, c’est que les gens apprécient ce qu’on fait.
 
Émilie : Ce qui est appréciable, c’est que ce ne sont plus nos amis qui viennent remplir les salles pour nous encourager et nous supporter,  mais réellement un nouveau public ! Nous essayons d’entretenir notre réseau, de fidéliser notre audience et de convaincre les gens de venir nous voir même s’ils ne nous connaissent pas.
 
Bertrand : C’est unique de pouvoir trouver ce genre de troupe à Hong Kong. La dernière pièce que nous avons jouée était devant plus de 1000 personnes en français dans un pays anglophone! J’ai vécu au Maroc, les gens parlent français là-bas mais vous ne trouverez pas ce genre d’association alors qu’ici oui!  C’est ça qui est génial…

HKTA-6.jpg
 
Aurélie : Émilie, pourquoi avoir choisi Hong Kong pour ton association ?
 
Émilie : Je me demande encore pourquoi Hong Kong …  J’ai voulu monter mon association. Je ne me voyais pas rentrer en France et tout recommencer. Le projet s’est monté, ça a commencé au café-théâtre puis on a pensé à monter l’association pour avoir une troupe. Chaque année les choses se déroulaient naturellement. De plus en plus de français viennent nous voir, ce qui n’est pas voulu à la base car au départ je ne jouais qu’en anglais au café-théâtre. C’est uniquement à partir du jour ou l’association fut créée en 2008 que nous avons commencé à jouer en français. 
 
HK Theatre Association (HKTA) est une association qui a pour objectif de développer la vie artistique et culturelle à Hong Kong. Son but est d’ouvrir des perspectives artistiques à des élèves venant d’horizons différents et de faciliter leur accès à des opportunités professionnelles.

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être