En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’installation et l’utilisation de cookies qui permet le bon fonctionnement du site, de faciliter et d’améliorer votre navigation, de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, de partager du contenu sur les réseaux sociaux et de mesurer l’audience. En savoir plus .
J’ai compris
Mode  L’histoire de la salopette
18/05/201508:00 Le Bonbon


1920-OVERALLS-WOMEN-630x225.jpg


« C’est l’appel de l’amour, j’enlève ma salopette », chantonnait Georges Chelon. Hop hop hop, tout ça c’est terminé, on se rhabille, l’appel des pantalons à bretelles est de retour pour une nouvelle histoire d’amour ! C’est l’occasion pour nous de faire une petite balade dans le temps à travers cette drôle de pièce qu’on a tant aimée, tant détestée et qui aujourd’hui revient nous faire les yeux doux.

Loin de faire l’unanimité dans notre garde-robe, la salopette a pourtant une place bien à elle. Souvenirs d’enfance dans le jardin pour faire comme papa ou nostalgie du lycée pour faire comme personne, la salopette, c’est sacré, et ça ne date pas d’hier ! De sa douce étymologie « salope » signifiant « crasseux », la salopette était avant tout une pièce deux-en-un destinée à travailler. C’est non à Paris mais bien à Lyon, en 1844, que Louis Lafont a créé cette pièce pour faciliter la tâche de son beau-père, charpentier de profession : en toile ou en jeans, il y avait une grosse poche au niveau de la ceinture pour pouvoir y glisser le mètre pliant, indispensable.


salopetteadolphelafont.jpg


La salopette, c’est donc avant tout une histoire de famille ! Le petit fils Lafont, Adolphe, a reprit le flambeau 40 ans plus tard pour perfectionner et breveter le vêtement afin de le rendre adaptable et unique aux professionnels. L’industrialisation et le dur labeur sont alors le berceau de la salopette, mais la guerre va marquer un tournant dans son histoire. Les munitionettes vont remplacer les hommes au travail, et ce sont elles qui vont faire rentrer la salopette dans le vestiaire populaire. En 1954, la salopette débarque à Paris et prend place dans l’univers de la mode. Le modèle « 406 », une version modernisée avec des couleurs plus vives conquiert le cœur des Parisiennes. Le vêtement de travail est alors transformé en véritable pièce de mode.




La voie de la célébrité s’ouvre pour ce vêtement non-conventionnel, et un homme va y contribuer: Coluche. Sa célèbre salopette à rayures blanches et bleues va devenir un symbole. Il l’a portée pour la première fois lors d’un sketch en 1974 à Paris et ne la quittera plus. Elle va même lui survivre et devenir son emblème puisque une statut en bronze de la salopette trône place de la Libération à Montrouge. Classique ou revisitée, la salopette entre alors dans les mœurs et dans les cœurs.






Hommes ou femmes, petits ou grands, du pratique au chic, la salopette n’en a pas fini de faire parler d’elle.
Le précurseur de tendances : agenda, bars, restos, culture, lifestyle, les tops, il y en à pour tout le monde !!!

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être