En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’installation et l’utilisation de cookies qui permet le bon fonctionnement du site, de faciliter et d’améliorer votre navigation, de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, de partager du contenu sur les réseaux sociaux et de mesurer l’audience. En savoir plus .
J’ai compris
Musique & Divertissement  Moonfruits, un duo à découvrir sur la route vers Ste-Quequepart
17/03/201812:00 Roch Archambault
Suite à ma série d’articles sur des artistes de la francophonie canadienne, je me devais d’écrire quelques mots sur Moonfruits, un duo d’artistes d’Ottawa qui ne cesse de faire parler de lui sur la scène folk.


Kaitlin Milroy et Alex Millaire

Alex Millaire est originaire de Sudbury, mais il a grandi et vécu la grande majorité de sa vie à Ottawa. Kaitlin Milroy, quant à elle, est née à Oakville et habite Ottawa depuis les dix dernières années. Couple dans la vie, le duo a fait ses débuts sur la scène musicale en 2013, sous le nom mystérieux de Moonfruits. Alex nous raconte la signification du nom : « On t’offre deux explications, la première réaliste, la deuxième mystique – qui sait, il y en aura peut-être d’autres dans le futur ! Lorsque Kaitlin était petite, elle aimait inventer des noms pour des choses et Moonfruits c’est le nom qu’elle donnait aux champignons, comme ils poussent par la lueur de la lune. On cuisinait un ragoût dans les premières semaines de notre cohabitation et Kaitlin m’avait posé la question « Tu sais c’que ce ragoût-là a besoin?’ et les deux, on a répondu ensemble Moonfruits… L’explication d’ordre plus mystique est venue lorsqu’on était en Espagne. On s’était fait demander de participer à une émission radio à une station catalogne anarchiste et, là aussi, on s’est fait demander l’origine du nom. À ce point-là, Kaitlin a retroussé ses manches et a expliqué, tout en espagnol, que la lueur de la lune est en fait la lumière du soleil réfléchie par la lune. De la même manière, on vit nos vies dans notre société et les chansons de Moonfruits y deviennent la réflexion de ces expériences. Je suis resté bouche bée. Cette explication est devenue notre point de repère lorsqu’on crée nos textes et nos chansons ».

Alors que le premier album de Moonfruits était majoritairement en anglais, c’est le français qui prédomine sur le deuxième. On peut parler d’un duo parfaitement bilingue qui, sur scène, va de l’anglais au français de façon toute naturelle. Kaitlin raconte : « Alex a grandi dans une famille franco-ontarienne et j’ai suivi un parcours de bilinguisme tout au cours de ma vie, en passant par le programme d’immersion du district de Halton – dans le coin d’Oakville, ma ville natale –, le programme EXPLORE de l’Université Western et en enseignant dans une école de langue. De chanter autant en français qu’en anglais était bien naturel pour nous, quoiqu’on n’a pas su mélanger les deux dans une même chanson comme le font nos compères en folk bilingue, Georgian Bay et le grand Jean Leloup. »


Ste-Quequepart 

La musique de Moonfruits peut être difficile à classer dans une seule catégorie tellement les influences et les styles sont divers. Plus que tout, c’est la   parfaite harmonie des voix au son du banjo que l’on entend. Alex explique : « Notre musique tombe sous l’ombrelle folk dans le sens large du terme. On y retrouve des éclats de blues, de rock, de gospel, de bluegrass, de classique mais l’essentiel pour nous, et carrément le cœur de notre son, est l’harmonie des voix et l’intention qu’on y porte ».

On peut parler de folk engagé, où le duo offre des textes qui racontent des histoires liées au contexte social. Avec son deuxième album, un concept se précise. L’album Ste-Quequepart présente des personnages dans divers contextes de la vie. Sans toujours porter un jugement, le texte nous amène à nous questionner sur nos valeurs. Kaitlin renchérit : « Ste-Quequepart n’est pas une histoire strictement narrative. Elle se dresse plutôt en portraits de dix personnages qui nous partagent leurs points de vue dans leurs chansons. Depuis la sortie de l’album, de nouveaux personnages sont apparus dans le village voulant donc dire que de nouvelles chansons et histoires nous accompagnent sur scène ces jours-ci ». Alex ajoute : « On était en voyage de lune de miel quand s’est concrétisée l’idée d’un village, d’un «everywhersville», comme on dirait en anglais. On voyait beaucoup de troubles socio-économiques d’ici au Canada reflétés dans la vie outremer, alors on a décidé de créer Ste-Quequepart, un village atteint des aspects plus pernicieux de la vie moderne – précarité d’emploi et de logement accrue, écart socio-économique à la hausse, âge de retraite repoussée, dépression, isolement – mais de souligner la force des personnages qui y habitent. De cette manière, Ste-Quequepart est un album d’espoir, mais avec une forte touche du sombre, du pince-sans-rire et du réel ».


Moonfruits est actuellement en tournée canadienne. Vous pouvez suivre le duo sur le webFacebookInstagram et Twitter.
 

Roch Archambault est un canadien français qui s'intéresse à l'Asie depuis 30 ans. Durant les vingt dernières années, il a développé une passion particulière pour la musique populaire chinoise, ainsi que pour des courants musicaux comme la K-pop et la J-pop.

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être